Archives de Catégorie: Pétage de Coche

Facebook : Simulacres et Simulation des Relations Humaines

1facebook

Pour cet avant-dernier billet, j’ai décidé d’aborder un sujet dont nous avons beaucoup discuté en classe et qui fait aujourd’hui partie de notre quotidien…

Même si un petit village d’irréductibles gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur, le virus Facebook a contaminé, en dix ans, 1.23 milliards de porteurs sains. Le réseau social le plus populaire et lucratif de notre planète recèle à présent un trésor de comportements à observer, fruit d’une modification profonde de notre conception de l’amitié et des rapports interindividuels.

facebook-downDe nos jours, Facebook est devenu le moyen de communication par excellence et notre ultime système de référence (« Je l’ai vu/lu sur FB »). Malgré ces nombreux avantages (qui ne le sont pas forcément si on les regarde de plus près), il a engendré en nous une fainéantise croissante en termes de relations humaines… On l’oublie trop souvent mais construire et entretenir une relation avec autrui demande de l’énergie, que nous sommes de moins en moins enclins à consacrer.

Petit à petit, Facebook s’est révélé être le royaume de l’apparence et de la simulation. Grâce à lui, nous avons l’impression de rester en contact sans jamais rien se dire. Nous avons l’impression de se connaître sans jamais s’être rencontrés. Nous avons l’impression de n’être jamais seul sans être entourés… Il devient alors facile de se construire son propre monde, son hyper-réel où tout semble idéal et qui l’est en effet puisque rien n’est véritable.

eed26587cc75ac71092fb50c1a9173b5Il est possible alors de se faire passer pour ce que nous ne sommes pas. De se cacher derrière l’anonymat et d’échapper ainsi aux conséquences de nos actes. De délaisser nos proches sous couvert d’une amitié virtuelle et vide de sens. Tout semble facile et tout se délite. L’indifférence se déguise derrière les faux semblants et les quelques mots sporadiques jetés à l’occasion sur le clavier. Incapables de se souvenir d’une date d’anniversaire, le calendrier Facebook nous permet de paraître attentifs et concernés. Les bonnes comme les mauvaises nouvelles s’affichent sans pitié et sans filtre sur l’écran du moniteur impassible et insensible.

Et dans un monde où tout change si vite, à l’exception des mentalités, que deviendrons-nous dans quelques années, quand afficher ses propres opinions et défendre son avis devient plus tabou que la sexualité ? Et quelle conception travestie, virtualisée et aseptisée nos enfants auront-ils de l’amitié et de la proximité humaine qui constituaient autrefois notre richesse la plus inestimable ?