A l’ère de la médiatisation.

Vous le savez, étudiante depuis plusieurs années en communication, je voue un intérêt tout particulier pour les médias dans leur ensemble et ce n’est pas la première fois que je me penche sur ce phénomène où la France n’est pas en reste : la médiatisation.

Terme bien que désormais passé dans le langage courant, son emploi n’est pourtant pas aisée. Au fond, que pouvons nous entendre par médiatisation ? Mise en scène de l’actualité pour émouvoir le spectateur ? Recherche de l’immédiat par les journalistes et les organes d’information en continue au détriment d’une véritable construction intellectuelle et encore plus au détriment de la médiation ? Comment la France qui se croyait à l’abri en est-elle arrivée là ?

Il faut noter que ce phénomène de médiatisation touche de manière inégale les différents supports. Il semble que cela touche en premier lieu la télévision avec les chaînes d’informations en continue qui vont vous bombarder d’informations à longueur de journée, avec un ton haletant, des titres qui se veulent percutants et une hiérarchisation des évènements qui laissent à désirer, et surtout un traitement de l’information uniquement en surface. Malheureusement, les chaines d’informations en continue ne sont pas les seules victimes de ce phénomènes, les journaux télévisés en général tirent de plus en plus vers ce procédé également. Certains s’entendent pour dire que les radios grand public font également partie des « victimes », de même que la presse écrite nationale.

Cette médiatisation qui semblait toucher uniquement les États Unis au premier abord a bien fini par toucher la France. Malgré l’équipement tardif de la population en télévision et un éloignement de la doctrine « la presse comme quatrième pouvoir » qui a fait surface au cours des années 70 sur le continent américain, nous aurions pu nous croire à l’abri. Il n’en est rien, nos médias français ont fini par adopter, bon gré mal gré, la standardisation de l’information ; partant tous à la quête d’un objectif commun : le profit, que cela soit par la vente ou par l’audience.

Sans diaboliser les médias et plus spécifiquement les médias français, il semble qu’une interrogation soit nécessaire quant à cette médiatisation en croissance. Quel crédit donner à l’information qui nous est transmise ? Quel(s) moyen(s) se donner pour essayer de passer au dessus du virus médiatisation ?

Un peu de littératie médiatique, peut être…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :