Phonebloks : Pied de nez à l’obsolescence programmée ?

Obsolescence programmée : Stratégie visant à réduire la durée de vie d’un produit pour augmenter son taux de remplacement et provoquer un nouvel achat prématurément.

Phonebloks : Petit bijou technologie annoncé en septembre 2013 risquant potentiellement de révolutionner le mode de consommation des smartphones.

En effet, l’automne 2013 a été marqué par un nouveau concept de téléphone, sorti tout droit de l’imagination débordante d’un jeune néerlandais de 25 ans. Le designer Dave Hakkens a d’ailleurs posté une vidéo (ci-dessus) démontrant toutes les possibilités de cette idée révolutionnaire. Il a également mis en place un site dédié afin de récolter un maximum de dons et de soutiens avant la fabrication de sa nouvelle trouvaille.

phonebloks

Phonebloks est donc une sorte de smartphone « Lego », dont toutes les pièces seraient interchangeables et remplaçables au besoin. Ainsi, plus d’obligation de changer son téléphone car une pièce s’avère usée, dysfonctionnelle ou tout simplement brisée lors d’une mauvaise chute. Les composants qui coûtent souvent plus cher que le produit fini en tant que tel pourront être changés à moindre coût.

phone_bloks__le_t__l__phone_en_kit_6991_north_626x

Par ailleurs, les smartphones seront entièrement personnalisables. Par exemple, pour les accros de la photo, des objectifs plus élaborés, plus coûteux mais de meilleure qualité, pourront être ajoutés au téléphone de base. Pour les itinérants, il est également possible d’investir dans une batterie de plus longue durée ou dans des connectiques internet plus performantes… Voire même, pour les plus technophobes, de laisser tomber tous les « gadgets » superflus en ne gardant que les fonctionnalités initiales, pour un téléphone ne servant, pour une fois, qu’à… téléphoner.

Ce produit s’adresserait donc à un très large public d’initiés et permettrait de répondre à plusieurs des problématiques posées par la consommation actuelle des smartphones. L’un des points forts de ce concept est notamment qu’il permet de garder un appareil puissant et endurant plus longtemps. Il réduit ainsi la quantité de déchets électroniques et les dépenses en téléphonie mobile des ménages.

Cependant, si l’idée est lancée, il reste encore de nombreux défis technologiques à relever avant sa mise sur le marché. Si les techniques de connectiques sont déjà utilisées par la plupart des constructeurs, la compatibilité des différents logiciels intégrés aux composants risque de poser quelques problèmes. Il faudrait une homogénéité parfaite entre les softwares utilisés pour ne pas contraindre les usagés à changer de puce ou de « bloc principal » lors d’un nouvel achat de pièce, ce qui remettrait en cause tout l’aspect « écologique » revendiqué par son inventeur.

De plus, on peut s’interroger quant aux prix et à la durée de vie des différents composants. Combien cela nous coûtera-t-il d’équiper notre Phonebloks comme les smartphones équivalents déjà présents sur le marché ? Afin de booster la rentabilité de cet audacieux projet, les principes de l’obsolescence programmée seront-ils vraiment laissés de côté ou simplement répartis entre les différentes pièces de l’appareil ?

Enfin, la lutte contre la surconsommation de smartphones sera-t-elle vraiment efficace ? Car si nous prenons davantage de plaisir à désirer quelque chose qu’à l’obtenir, comment allons-nous réagir face à ce produit visant à devenir « intemporel » ? Saurons-nous résister à l’appel de nouveaux « bijoux » électroniques et à leur marketing exacerbé ? Et comment réagira la concurrence face à une telle innovation ? Chercheront-ils à baisser les prix de leur marchandise ou à créer des produits similaires ? Pour le moment, seuls Google et sa filiale Motorola auraient établis de sérieux contacts avec Dave Hekkens à travers un projet nommé Ara, à voir donc si le partenariat se concrétise et quelles seront les réactions d’Apple, Samsung, Sony et autres… lors de la sortie officielle du « Phonebloks ».

maxresdefault

Pour finir, nous pouvons évoquer Jean Baudrillard et sa réflexion concernant les gadgets dans son ouvrage sur la société de consommation. Comme il le dit si bien, il faut savoir « déterminer où s’arrête l’utile et où commence l’inutile ». Mais si quelque chose devient soudain trop utile, trop longtemps, quelles en seront les conséquences ?

Publicités

One response to “Phonebloks : Pied de nez à l’obsolescence programmée ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :